Soeurs en Choeur est un Forum de Soutien pour les Mamans Musulmanes vivant Seules
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau départ dans la vie: des cours de gestion des entreprises pour les femmes détenues dans les prisons du Tadjikistan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mainou



Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
Localisation : 93
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Un nouveau départ dans la vie: des cours de gestion des entreprises pour les femmes détenues dans les prisons du Tadjikistan   Mer 5 Nov - 19:21

Cette année, l'OIT commémore le 10e anniversaire du lancement du programme "Gérez mieux votre entreprise" (GERME) en Asie centrale. A ce jour des milliers de personnes ont bénéficié de ce programme. Olga Bogdonova, du bureau de l'OIT à Moscou, s'est rendue au Tadjikistan où 60 femmes en détention suivent un cours de formation depuis avril 2005.


DUSHANBE, Tadjikistan - L'effondrement de l'Union soviétique et la guerre civile ont plongé le Tadjikistan dans une situation économique désastreuse. Le chômage, les bas salaires et la pauvreté extrême poussent de nombreuses femmes à enfreindre la loi pour nourrir leur famille.

Plusieurs d'entre elles acceptent de servir de mules (pour les trafiquants de drogues), c'est-à-dire de transporter dans leur corps, et au péril de leur vie, des capsules renfermant des narcotiques. La peine encourue est de plusieurs années d'emprisonnement.

"Il y a trois ans, nous avons eu l'idée d'appliquer le programme 'Gérez mieux votre entreprise' de l'OIT aux femmes emprisonnées pour trafic de drogues illicites", déclare Alisher Rakhimov, directeur de l'Association des formateurs du programme national GERME. "Nous nous sommes donc mis à la recherche d'un partenaire pour nous assister dans la mise en œuvre du projet".

Au cours du second semestre 2004, la Direction suisse du développement et de la coopération au Tadjikistan a annoncé l'ouverture d'un concours assorti d'un petit prix dans le cadre d'un projet de réforme du système pénitentiaire. "Nous avons manifesté notre intérêt, et avons reçu un soutien pour la mise en œuvre de notre projet de réadaptation sociale et professionnelle des femmes détenues dans les établissements pénitentiaires. Le Département des prisons du ministère de la Justice de la République a porté un intérêt particulièrement marqué pour notre initiative", explique M. Rakhimov.

Depuis avril 2005, 60 femmes originaires d'Ouzbékistan, du Tadjikistan et de Russie incarcérées dans la colonie de travail n° 3/13 à Nurek (Tadjikistan), suivent une formation GERME. Pour ces entrepreneurs d'un nouveau genre, les formateurs ont conçu des manuels inédits en russe et en tadjik. Pour détendre l'atmosphère et favoriser les échanges sociaux des dîners et des pauses café sont organisés.

Les participantes apprennent à élaborer leurs propres plans commerciaux, à solliciter des prêts, à reconnaître une bonne idée commerciale, à préparer un budget pour une année entière et à déterminer le montant des capitaux dont elles auront besoin pour démarrer leur entreprise.

Elles mettent en pratique leurs compétences nouvellement acquises par des jeux de rôle où elles interviennent comme fabricant, fournisseur ou vendeur. De l'avis de celles-ci, la gestion d'une entreprise n'est pas aussi aisée, même dans le cadre d'une simulation, car en plus des compétences nécessaires dans le domaine de la gestion il faut de bonnes aptitudes à la communication et une bonne connaissance des principes de la négociation.

"Le programme GERME entre maintenant dans sa cinquième année au Tadjikistan. Nous avons formé plus de 700 stagiaires, mais aucune des personnes que nous avons formées précédemment n'ont été aussi actives et reconnaissantes que ces femmes maintenues en détention", déclare Sergueï Muzyka, initiateur du programme au Tadjikistan. "Elles ont toutes fait leurs devoirs dans des situations difficiles, parfois en travaillant jusqu'à 3 heures du matin".

Pour les formateurs non plus, les choses n'ont pas été faciles. C'est la première fois qu'ils rencontraient des personnes de niveaux d'instruction et de compétences aussi variés au sein d'un même groupe. Certaines femmes ne savaient plus utiliser une calculatrice ou faire des calculs arithmétiques simples. Des notions ont du être réexpliquées, mais au bout du compte, une fois les résultats obtenus, les mêmes joies ont été partagées des deux cotés.

Démarrer une nouvelle entreprise, démarrer une nouvelle vie
Certaines élèves ont même continué les études de leur propre initiative. L'une d'entre elles a examiné avec son père, homme d'affaires avisé, le manuel Start Your Business: Handbook ( Note 1) et une étude de faisabilité qu'elle a faite elle-même. Elle a aussi demandé d'autres livres à ses formateurs, qui lui ont remis l'ouvrage intitulé Gérez mieux votre entreprise. Eléments de base ( Note 2).

Une autre stagiaire a demandé à sa famille de lui garder ses livres en lieu sûr jusqu'à la date de sa libération. Les stagiaires ont offert des jouets et d'autres souvenirs confectionnés à la main à leurs formateurs en témoignage de leur reconnaissance.

Depuis l'organisation du premier cours, le personnel du projet GERME n'a jamais cessé de se sentir personnellement concerné par l'avenir de ces femmes. Bien que cela ne relève pas directement de ses tâches, M. Rakhimov s'est lancé dans la recherche de fonds pour financer les projets conçus par ces femmes, une fois celles-ci libérées.

"Au moment de leur libération, nous nous mettons à la recherche d'organismes susceptibles de leur fournir un capital de départ. Ce n'est pas facile. Les banques et les institutions financières publiques accordent difficilement des prêts aux personnes qui n'ont pas un casier judiciaire vierge", déclare-t-il. "Mais ces femmes n'attendent que le moment où elles pourront connaître un avenir meilleur, après tant d'années sombres, et notre souhait réel est de pouvoir les aider à démarrer leur nouvelle vie", ajoute-t-il.

Depuis le lancement du programme précédent dans les années 1970, le programme GERME a acquis une envergure mondiale. 350 000 entrepreneurs l'ont déjà suivi. A ce jour, "Gérez mieux votre entreprise" a été mis en œuvre dans plus de 80 pays, et l'OIT vient tout récemment d'apporter son aide dans les activités de reconstruction des pays victimes du tsunami en particulier en Indonésie, dans la province d'Aceh et au Sri Lanka.

"Pour les propriétaires et les gestionnaires de petites entreprises, la mondialisation est synonyme de changements rapides et de concurrence accrue. Pour favoriser la compétitivité, le développement des affaires et la création d'emplois, nous aidons nos partenaires à créer une capacité nationale et locale par des services de développement des entreprises rentables et durables. On citera notamment la formation à la gestion, l'accès aux finances, l'information sur les technologies, l'accès aux marchés, intérieur et à l'exportation, et enfin les rapports inter-entreprises", explique Michael Henriques, directeur du Département de la création d'emplois et du développement de l'entreprise du BIT.

Le département a également l'intention de produire une version CD-ROM interactive du programme GERME, ainsi qu'un nouveau produit "Expand Your Business" (Développez votre entreprise) pour les entreprises orientées vers la croissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un nouveau départ dans la vie: des cours de gestion des entreprises pour les femmes détenues dans les prisons du Tadjikistan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soeurs en Choeur :: Entre Nous :: Débats et Actualité-
Sauter vers: